Attentats de Paris | Tribune de l’ambassadeur - 23 novembre 2015 [es]

Retrouvez la tribune de l’ambassadeur de France en Équateur, François Gauthier, suite aux attentats de Paris du 13 novembre 2015.

Après les attentats, tout commence.

Les attentats de Paris, d’une sauvagerie inconnue dans l’histoire récente de la France, ont profondément bouleversé mon pays. La violence barbare des terroristes, leur totale absence d’humanité ont crée la stupeur et l’effroi. Après le choc, l’immense élan qui s’est manifesté dans le monde pour condamner ces actes ignobles et se solidariser avec la France, nous a apporté un immense réconfort.

Je voudrais en premier lieu remercier profondément tous ceux qui, en Équateur, ont partagé notre peine. Depuis le président de la république, les membres du gouvernement, les élus et jusqu’aux simples citoyens, très nombreux ont été les Équatoriens qui ont manifesté leur soutien. Leur témoignage nous a beaucoup touchés, comme l’a constaté M. Jean-Pierre Bel, envoyé personnel du président de la République française qui se trouvait en Équateur la semaine dernière. Je n’oublierai jamais cette solidarité fraternelle.

Mais après le temps du deuil et de l’émotion doit venir le temps de l’action. À tous nos amis Équatoriens , je voudrais dire que la France est maintenant engagée dans le combat. La réponse aux terroristes doit être implacable, globale et digne de nos valeurs républicaines.

-  C’est très rapidement que les premières mesures ont été prises. Une opération policière impressionnante à Saint-Denis a permis, quelques jours à peine après les attentats, de neutraliser plusieurs responsables et complices des assassins. L’état d’urgence a été décrété, et sera prolongé. Il permet à la justice et à la police d’intervenir efficacement. Des moyens nouveaux seront donnés aux forces de sécurité pour éviter de nouvelles agressions. La sécurité du territoire doit être restaurée.

-  Le groupe terroriste Daech sera détruit en Syrie et en Irak et la France s’y engage avec toute la communauté internationale. Le conseil de sécurité de l’ONU vient d’approuver une résolution appelant à utiliser tous les moyens possibles pour abattre ce gang de criminels, sans foi ni loi. Daech est une menace pour le monde et doit être éliminé.

Ce combat ne peut toutefois avoir que des réponses militaires. Des solutions politiques sont indispensables en Syrie pour mettre fin à la tragédie que vivent les populations et qui alimente le flux continue des réfugiés. Toutes les parties concernées doivent maintenant faire preuve de responsabilité pour construire ces solutions. Il y a des avancées dans un règlement négocié en Syrie.

En France, en Europe, il faut enfin un sursaut citoyen pour l’unité et la détermination. Les terroristes veulent nous diviser, attiser la xénophobie ou les conflits religieux. Ils spéculent aussi sur les frustrations sociales. Les Français ne tomberont pas dans ce piège. « Ce ne sont pas les armées qui gagnent les guerres, ce sont les peuples », a écrit Régis Debray. Daech a commis une lourde erreur. Le peuple français est prêt à cette bataille républicaine pour ses valeurs et son Histoire. Il ne se laissera pas impressionner par l’horreur.

Comme l’a déclaré le président Hollande devant le Parlement, « le terrorisme ne détruira pas la République, car c’est la République qui le détruira ».

Tout commence aujourd’hui.

Dernière modification : 10/04/2017

Haut de page