Chalpi : sécurisation de l’accès à l’eau à Quito [es]

Quito compte 3 millions d’habitants en 2018 (1,6 million en 2010). L’accès à l’eau potable est au centre des préoccupations. En période de sécheresse, la diminution des débits s’avère problématique. Les installations actuelles ne permettant pas de répondre correctement à la demande, un nouveau projet s’est imposé : Chalpi.

Il s’agit pour l’entreprise publique EPMAPS de capter à 3 200 mètres d’altitude une partie des affluents de la rivière Chalpi Grande afin de les conduire - par gravité - vers un réservoir existant, puis de l’intégrer au système de pompage. Grâce à un financement de l’Agence Française de Développement (AFD) d’un montant de 70 millions de dollars, les travaux ont commencé fin novembre 2017 et la dernière composante du projet devrait se terminer fin 2020. L’installation est calibrée pour répondre à la demande jusqu’à environ 2040. Ce projet bénéficiera aux populations situées au nord de la ville, où se concentre l’essentiel de la croissance urbaine. Un système de production d’hydroélectricité sera également installé pour bénéficier du captage de l’eau en haute altitude.

Le bassin de la rivière Chalpi Grande constituant une réserve majeure en eau pour toute la région de Quito, l’AFD finance également un projet de recherche en partenariat avec l’Institut de recherche pour le développement appelé « Chalpi-FLOW ». Il vise à évaluer les impacts des ponctions d’eau du projet sur les écosystèmes (quantité et qualité de l’eau, espèces vivantes…) pour inclure les effets du changement climatique dans les scenarii futurs.

Dernière modification : 12/06/2018

Haut de page