Développement – Participation de M. Jean-Yves Le Drian à la session extraordinaire du Conseil national du développement et de la solidarité internationale (Paris, 22 mars 2019)

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, consultera, le vendredi 22 mars, en présence de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État, les acteurs non-étatiques de la politique de développement sur le projet de loi d’orientation et de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales, dans le cadre d’une session extraordinaire du Conseil national du développement et de la solidarité internationale (CNDSI).

Cette troisième réunion du CNDSI consacrée à la rénovation de la politique de développement a été précédée par des consultations menées à l’initiative du ministère de l’Europe et des affaires étrangères à Paris et en régions. Cette démarche manifeste la volonté de M. Jean-Yves Le Drian d’associer à l’élaboration de la nouvelle loi l’ensemble des acteurs impliqués dans la coopération internationale et le développement : parlementaires, représentants de collectivités territoriales, organisations non-gouvernementales, syndicats, employeurs, acteurs économiques, universités et centres de recherche, personnalités étrangères.

Le projet de loi en cours d’élaboration marque l’ambition du Président de la République de rénover la politique de développement de la France, dans ses objectifs, ses moyens et son impact, dans le cadre d’une trajectoire d’augmentation de l’aide publique au développement visant à atteindre 0,55% du RNB en 2022. Il porte les orientations de notre politique de développement, au service des priorités stratégiques de l’action extérieure de la France : une politique de développement concentrée sur les pays prioritaires de notre aide, principalement en Afrique ; une politique qui agit contre les inégalités mondiales, en intervenant plus efficacement sur des questions essentielles telles que la pauvreté, la faim, l’éducation, la santé, l’égalité femmes/hommes, le climat et la biodiversité, les zones de fragilités et de crises, autant d’enjeux globaux dont la présidence française du G7 a fait sa priorité. Le renforcement de l’efficacité de la politique de développement sera également au cœur du projet de loi, grâce à une approche plus partenariale, au renforcement du pilotage politique sur les opérateurs du développement comme l’Agence française de développement et Expertise France, et par le biais d’une évaluation plus exigeante de l’impact des projets de développement, dans une logique de redevabilité.

Dernière modification : 21/03/2019

Haut de page