Environnement – Échec des projets de création d’aires marines protégées dans les mers australes lors de la 37e réunion de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique

La France regrette que la 37e réunion de la commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR), qui s’est tenue du 22 octobre au 2 novembre à Hobart en Australie, se soit conclue par un échec pour les projets de création d’aires marines protégées dans les mers australes visant à protéger la biodiversité et les écosystèmes et à renforcer la résilience de la faune et de la flore marines face aux effets du réchauffement climatique.

Le projet soutenu par la France, l’Union européenne et l’Australie dans l’Est Antarctique, approuvé par le comité scientifique de la CCAMLR en 2012, est depuis lors régulièrement rejeté en raison de l’opposition de la Russie et de la Chine. Il en est de même pour le projet en mer de Weddel, soutenu par l’Union européenne, qui a également été approuvé par le comité scientifique en 2016.

Le récent rapport du GIEC a rappelé l’urgence de la situation face aux dérèglements climatiques. La France continuera à agir en faveur de l’adoption d’un réseau d’aires marines protégées dans les mers australes, qui est essentiel à la mise en œuvre de l’Agenda 2030, notamment pour atteindre l’objectif pour le développement durable sur la conservation et l’exploitation de manière durable des océans, des mers et des ressources marines.

Dernière modification : 06/11/2018

Haut de page