Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes - 25 novembre [es]

En cette journée internationale, la France est mobilisée pour mettre fin à toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles. Au moins 35% d’entre elles sont touchées dans le monde et jusqu’à 70% dans certains pays. Le rapport publié par le G7 le 25 novembre sur les violences sexuelles dans les conflits montre la gravité de la situation.

La France appelle tous les États à ratifier et mettre en œuvre la convention des Nations unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes et la convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, qui combat notamment les crimes prétendument commis au nom de l’honneur.

Pourquoi cette Journée ?

Parce que :
• La violence contre les femmes est une violation des droits de l’homme.
• La violence contre les femmes résulte d’une discrimination à l’égard des femmes, tant dans le droit que dans les faits, ainsi que de la persistance d’inégalités entre hommes et femmes.
• La violence contre les femmes a de lourdes conséquences et peut empêcher la réalisation de progrès dans certains domaines, comme l’élimination de la pauvreté, la lutte contre le HIV/sida et la paix et la sécurité.
• La violence contre les femmes et les filles n’est pas inéluctable et sa prévention est non seulement possible mais essentielle.
• La violence contre les femmes est un problème mondial. Jusqu’à 70 pour cent des femmes sont victimes de la violence au cours de leur vie

Faits et chiffres

• 35% des femmes et filles sont exposées à une forme de violence physique et/ou sexuelle au cours leur vie et 7 femmes sur 10 sont victimes d’abus dans certains pays.
• On estime que plus de 133 millions de filles ont subi une forme de mutilation génitale féminine dans les 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient où la pratique dangereuse est la plus courante.
• Dans le monde, plus de 700 millions de femmes aujourd’hui mariées l’ont été enfant, dont 250 millions avant l’âge de 15 ans. Les filles qui se marient avant l’âge de 18 ans ont moins de chances de finir leur scolarité et sont plus exposées à la violence domestique et aux complications liées à la grossesse.
• Les coûts et conséquences dus à la violence à l’égard des femmes se font sentir sur plusieurs générations.
• La campagne du Secrétaire général « Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » a proclamé tous les 25 du mois une « Journée orange », nous invitant tous à porter du orange pour appeler à l’élimination sans réserve, hésitation ni délai de la violence contre les femmes.
• Cette année, la campagne « Tous UNIS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » du Secrétaire général des Nations Unies vous invite à « oranger le monde pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles ». Rejoignez la campagne TOUS UNiS et organisez des événements « orange » entre le 25 novembre et le 10 décembre 2015.

Consultez la page web d’ONU Femmes

PNG

Dernière modification : 25/11/2015

Haut de page