La coopération technique

La coopération technique française participe activement à la mise en œuvre des réformes structurelles entreprises par les institutions équatoriennes en faveur l’égalité femmes/hommes, du développement humain, de la consolidation de l’État de droit et de la justice. Il s’articule autour de plusieurs piliers : la coopération au développement, l’environnement, la culture, le tourisme, la santé et la mobilité humaine. En outre, la coopération technique soutient la société civile à travers des appels à microprojets chaque année. Elle contribue également au débat d’idées et à la réflexion sur les grands enjeux contemporains par l’organisation de séminaires et de rencontres internationales.

La coopération technique permet de développer, de superviser et de rendre compte des actions et des partenariats dans les domaines suivants :

  • Un Fonds de solidarité pour les projets innovants (FSPI) a été mis à profit pour plusieurs centres communautaires de prévention du VIH/Sida à destination des populations vulnérables en situation de mobilité humaine en réponse à la crise migratoire et sanitaire. La filière du tissage traditionnel dans la province de Manabí est également soutenue ;
  • Coopération en matière d’Etat de droit, de droits de l’homme et de gouvernance : ces aspects institutionnels sont fondamentaux dans la construction de la relation entre la France et l’Equateur ;
  • Coopération en matière d’égalité femmes/hommes : la défense des droits des femmes, leur autonomisation et leur participation à tous les niveaux de responsabilité dans la société, la promotion de l’égalité et la lutte contre la violence fondée sur le genre constituent l’une des principales priorités de l’action extérieure de la France ;
  • Coopération multilatérale : l’ambassade place son action non seulement dans le cadre de l’Union européenne, mais également dans celui du groupe de travail de la coopération internationale sur le genre (MEGECI) ;
  • Coopération en matière d’environnement : la France et l’Union européenne poursuivent leur travail dans les domaines du financement de la lutte contre le changement climatique, de l’innovation technologique, du transfert de technologie et du renforcement des capacités en fonction des priorités nationales ;
  • Coopération en matière de tourisme : le plan de développement touristique en Equateur est axé sur le tourisme d’aventure, la découverte du patrimoine naturel et culturel, et sur le tourisme d’affaire ;
  • Coopération en matière de santé : il s’agit d’une priorité dans les relations bilatérales entre la France et l’Equateur. L’engagement de la France en matière de lutte contre le VIH/Sida en Equateur s’effectue également par le biais de la société civile, à l’instar du partenariat avec l’ONG Kimirina ;

L’objectif de la coopération technique est ainsi de contribuer au développement durable ainsi qu’au renforcement des institutions, la recherche appliquée à la croissance et à la coopération interinstitutionnelle.

Dernière modification : 15/11/2020

Haut de page