Mali – Attaques contre les forces armées maliennes (27-28 janvier 2018)

La France condamne les attaques terroristes survenues les 27 et 28 janvier contre les forces armées maliennes à Soumpi et Ménaka, qui ont causé la mort de 18 soldats maliens.

Nous nous tenons aux côtés du Mali dans cette épreuve et présentons nos condoléances aux familles des victimes.

La France continuera d’appuyer les efforts du Mali dans la lutte contre le terrorisme et les ennemis de la paix, en soutenant les forces armées maliennes et la force conjointe du G5 Sahel, qui constitue une réponse coordonnée des pays de la région contre les groupes terroristes.

Q – Des dizaines de personnes ont été tuées au Mali depuis la semaine dernière, démontrant encore l’inefficacité des accords de paix et de la réponse militaire face à l’accroissement d’attaques de groupes armés. Dans le contexte actuel, que souhaite la France sur le volet politique ?

R – Comme nous venons de le faire au sujet des attaques des 27 et 28 janvier, la France condamne ces violences, qui sont le fait de groupes non signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation.

Aux côtés de la MINUSMA, la France participe aux efforts internationaux d’appui aux forces armées maliennes et soutient l’opérationnalisation rapide de la force conjointe du G5 Sahel, qui constitue la réponse la plus adéquate à cette menace transfrontalière. Cet engagement a été réaffirmé lors de la réunion qui s’est tenue le 13 décembre à la Celle-Saint-Cloud.

Sur le volet politique, la France continue d’appuyer la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, qui est la seule feuille de route pour une stabilité durable. Elle appelle toutes les parties à mettre en œuvre sans délai les engagements pris, en priorité sur le processus de désarmement, démobilisation et réintégration et la décentralisation. Nous saluons l’adoption récente d’un calendrier d’actions prioritaires et ne ménagerons aucun effort pour assurer sa mise en œuvre.

La France agit également en matière d’aide au développement. Elle le fait en particulier à travers l’Alliance pour le Sahel lancée le 2 juillet 2017, afin de soutenir l’émergence de véritables opportunités économiques pour les populations locales, particulièrement dans les régions les plus vulnérables. Il s’agit d’un pilier indispensable dans les efforts pour parvenir à une stabilité durable.

Dernière modification : 29/01/2018

Haut de page