Réunion de 400 spécialistes de l’archéologie d’Amazonie à Quito [es]

Le Congrès International de l’Archéologie Amazonienne est l’unique rencontre académique sur l’archéologie de la plus grande forêt tropicale humide. Les progrès essentiels effectués depuis dix ans par l’archéologie amazonienne ont rendu nécessaire la mise en place d’un congrès régulier centré sur la discipline. Il invite ainsi tous les archéologues se dédiant aux 7 millions de km2 de la forêt amazonienne, mais aussi des scientifiques d’autres disciplines - historiens, géographes, botanistes ou écologues - travaillant sur ce thème. Cette réunion leur permet de présenter les résultats remarquables de la recherche actuelle tout en révélant les travaux les plus récents à la communauté internationale.

JPEG

Du 8 au 14 septembre dernier, le 3e Congrès International de l’Archéologie Amazonienne (3 EIAA) a rassemblé quelques 400 professionnels à Quito en Équateur. Cet événement a été mis en place par l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), la Facultad Latino Americana de Ciencias Sociales (FLACSO), la Coopération andine régionale et le Ministère équatorien coordinateur de la connaissance et du talent humain avec le soutien de 23 sponsors français, équatoriens et nord américains. Le congrès était présidé et organisé par Stéphen Rostain (IFEA, CNRS).

Outre les 75 communications dispensées, 10 conférences magistrales ont été assurées par les plus grands noms de l’archéologie et de l’anthropologie contemporaine. Durant le congrès, des artisans amazoniens d’Équateur ont présenté leur production, sept expositions ont été inaugurées et sept livres ont été lancés. Un documentaire a été filmé et des rencontres bi-latérales organisées. L’événement a rencontré un vif succès qui s’est notamment exprimé par une couverture de presse de plus d’une centaine d’articles.

JPEG

Après les deux premiers Congrès Internationaux de l’Archéologie Amazonienne au Brésil, le plus grand pays amazonien, la troisième rencontre s’est déroulée dans le plus petit des neuf pays d’Amazonie, permettant de révéler des découvertes archéologiques de premier plan dans ce pays parfois méconnu. En outre, la coopération établie à cette occasion entre la France et l’Équateur a renforcé de manière significative les liens entre les deux pays.

Dernière modification : 18/10/2013

Haut de page