Syrie - Aide humanitaire - Participation de M. Jean-Baptiste Lemoyne à la conférence de Bruxelles II (25 avril 2018)

M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, participera le 25 avril à Bruxelles à la conférence de Bruxelles II sur l’avenir de la Syrie et de la région.

Présidée par l’Union européenne et les Nations unies, cette conférence fait suite à celles de Londres (4 février 2016) et de Bruxelles (5 avril 2017). Elle réaffirmera le soutien de la communauté internationale à une solution politique au conflit syrien et visera à renforcer la réponse internationale aux conséquences humanitaires de la crise et le soutien aux réfugiés et pays hôtes.

La situation humanitaire en Syrie demeure dramatique. 13,1 millions de Syriens, dont 6 millions d’enfants, ont besoin d’aide humanitaire. Plus de la moitié de la population syrienne a été contrainte de quitter son foyer : 6,1 millions sont des déplacés internes et 5,6 millions sont réfugiés dans les pays voisins (Turquie, Liban, Jordanie, Irak, Egypte). L’acheminement de l’aide humanitaire continue de faire l’objet de blocages inacceptables, notamment de la part du régime.

La situation humanitaire en Syrie est une priorité de la France. M. Jean-Baptiste Lemoyne réitèrera le soutien de la France au peuple syrien et aux pays voisins de la Syrie. Il rappellera notre engagement à accorder pour la période 2016-2018 200 millions d’euros de dons, en Syrie et dans les pays voisins. Il s’agit de soutenir les pays hôtes, de venir en aide à la population syrienne et de créer en Syrie les conditions d’un retour volontaire, sûr et durable des réfugiés chez eux. A cet engagement s’ajoute le programme de réponse d’urgence de 50 millions d’euros pour la Syrie annoncé le 16 avril par le président de la République. M. Jean-Baptiste Lemoyne annoncera enfin la contribution française pour la période triennale 2019-2021.

Bruxelles II est par ailleurs la troisième des conférences ministérielles de soutien à l’Etat libanais et à ses institutions annoncées pour 2018 par le président de la République lors de la réunion du groupe international de soutien pour le Liban qui s’est tenue le 8 décembre 2017. Elle fait suite aux conférences de Rome II sur les aspects sécuritaires et à la conférence CEDRE de Paris sur les aspects économiques. La France a ouvert lors de la première une capacité d’achat de matériel militaire français, en apportant sa garantie à hauteur de 400 millions d’euros. Elle s’est engagée, lors de la seconde, à accorder 550 millions de dons de de prêts concessionnels. Grâce à la conférence CEDRE, le Liban bénéficie au total d’un effet de levier de 11 milliards de dons et prêts, qui lui permettront de moderniser ses infrastructures et d’accroître la résilience de son économie.

Dernière modification : 24/04/2018

Haut de page