Transports

Les transports terrestres

Le réseau routier équatorien est dans l’ensemble correct, les principales villes étant reliées entre elles par des routes bitumées , dont l’entretien est cependant parfois difficilement assuré.

En saison des pluies, certaines routes de montagnes peuvent être rendues dangereuses ou momentanément coupées par des éboulements (QUITO - SANTO DOMINGO - QUITO, QUITO - RIOBAMBA - CUENCA, par exemple).

Les risques majeurs sur la route résultent de l’absence de signalisation, d’une part, et des conducteurs (le plus souvent à cause de l’alcoolisme au volant), d’autre part. Fort heureusement, le trafic s’effectue généralement à vitesse réduite, compte tenu de l’état des véhicules et du profil des routes, faisant que le nombre des accidents n’est pas en rapport avec celui des situations périlleuses.

Il faut préciser que de nombreux véhicules ne sont pas assurés, et que les procédures et négociations après l’accident sont longues et laborieuses, et souvent au désavantage de l’étranger, généralement solvable. Le recours à un avocat aux prétentions raisonnables est indispensable pour limiter les conséquences financières et le temps passé en prison, celle-ci étant inévitable dès qu’il existe des dommages corporels.

A noter que ces désagréments ne sont pas évités en cas de recours à la location de véhicule, la couverture des dommages et l’assistance juridique, bien que souvent prévue dans les contrats, n’étant en pratique généralement pas assurée.

Pour couvrir des longues distances en Équateur, il est donc bien préférable d’utiliser le transport aérien, dont le coût, bien qu’en augmentation sensible, demeure accessible.

Les transports aériens

La plupart des grandes compagnies aériennes desservent Quito plusieurs fois par semaine, voire quotidiennement pour certaines : Air France, KLM, Lufthansa, Iberia, American Airlines, Continental Airlines.

Dernière modification : 14/09/2004

Haut de page