Trois établissements d’enseignement supérieur français étaient en Équateur du 29 janvier au 3 février

À l’occasion de tournées régionales et du "Forum des métiers" organisé par le lycée français de La Condamine, SciencesPo, l’Université technologique de Compiègne ainsi que l’Association des Directeurs d’Instituts Universitaires Technologiques (ADIUT) étaient présents en Équateur du jeudi 29 janvier au mardi 3 février.

L’ADIUT, Association des Directeurs des Instituts Universitaires de Technologie, représente les 113 IUT présents sur le territoire français. Ces établissements d’enseignement supérieur technologique, implantés dans les universités, forment au Diplôme Universitaire de Technologie (DUT) qui sanctionne une formation de deux années d’études après le baccalauréat. Les 24 filières proposées dans les IUT sont les mêmes sur l’ensemble du territoire français : 16 sont dans le secteur industriel et 8 dans le secteur des services. Ces instituts proposent également plus de 1000 licences professionnelles dans tous les secteurs d’activités. Leur formation d’excellence constitue également une voie d’accès aux études d’ingénieur. Avec une expérience de près de 50 ans dans l’ingénierie pédagogique, les IUT disposent d’une expertise singulière très sollicitée dans le monde.
La visite de leurs représentants en Équateur marque le début d’un dialogue institutionnel et de potentielles coopérations dans le domaine de la formation technologique.

L’Université de Technologie de Compiègne (UTC, http://www.utc.fr) a la particularité de former aux études d’ingénieur dès le premier cycle. Cet établissement d’enseignement a le double statut de grande école et d’université. À ce titre, il délivre une licence professionnelle, des masters, des doctorats et le diplôme d’ingénieur dans 6 spécialités et 24 filières. Par ailleurs, un parcours « Humanités et Technologies », menant au diplôme d’ingénieur, a été créé en 2012 et est ouvert aux élèves ayant un profil littéraire ou en sciences économiques (Bac L avec option maths, ES et S). En tant que membre de la Communauté d’Universités et d’Établissements (COMUE) « Sorbonne Universités » (avec l’Université Pierre et Marie Curie, l’Université Paris-Sorbonne, l’INSEAD et le Muséum d’Histoire naturelle comme membres fondateurs), l’UTC dispose de laboratoires de haut niveau, internationalement reconnus. Elle a en outre une très forte implantation internationale grâce à de nombreuses conventions et des campus délocalisés. En Amérique latine, l’UTC a ouvert un Campus à Viña del Mar au Chili accessible à tous les étudiants latino-américains (http://www.utc.fr/relations-internationales/chili.php). Cette formation offre le même enseignement d’excellence que le site de Compiègne.
Sa venue en Équateur a été l’occasion de prospecter de nouveaux partenariats inter-universitaires qui seront l’occasion d’élargir les opportunités de mobilités franco-équatoriennes d’étudiants ingénieurs et qui permettront de développer des coopérations scientifiques.

SciencesPo, grâce à la venue du Directeur de son Campus de Poitiers, a pu faire la promotion de ses formations auprès des établissements d’enseignement secondaire à Quito et à Cuenca. Cette promotion s’est achevée le mardi 3 février par une Conférence de présentation de SciencesPo dans les locaux de l’Alliance Française qui a compté près de 40 participants. L’école est basée à Paris et a délocalisé les trois premières années de la formation (appelée Collège universitaire) dans des campus régionaux spécialisés par zone du monde. Ainsi, le Campus Euro-latino-américain si situe à Poitiers et dispense une formation en quatre langues (Français, Anglais, Espagnol et Portugais) avec des enseignements centrés sur les thématiques du continent latino-américain du Portugal et de l’Espagne.
SciencesPo souhaite également accroître la mobilité étudiante grâce à la signature de nouvelles conventions de partenariat avec des universités de Quito.

PNG

Dernière modification : 20/08/2015

Haut de page