Visite de l’Ambassade de France au siège de la COICA [es]

Le chargé d’affaires a.i. de l’Ambassade de France, François Sow, a participé le 24 août par la Coordination des indigènes du bassin amazonien (COICA) à une réunion de travail en vue d’un dialogue sur la stratégie de la protection des territoires de l’Amazonie. Présidée par le coordinateur général de la COICA, José Gregorio Díaz Mirabal, cette réunion s’est tenue en présence de certaines représentations diplomatiques accréditées en Equateur.

Après avoir assisté à une cérémonie traditionnelle andine, l’organisation a présenté ses lignes d’actions et ses objectifs à court terme : protection de l’environnement, éducation interculturelle et construction d’un agenda politique commun. Basé sur un rapport conjoint de la FAO et du FILAC, sur les 237 millions d’hectares indigènes en Amazonie seuls 45% de ces aires seraient réellement protégées, la COICA souhaiterait que ce pourcentage passe à 80% d’ici 2025. Pour ce faire, la lutte contre la déforestation et l’arrêt définitif des pillages des ressources terrestres seraient les principales actions à mettre en œuvre.

Dans le cadre du Congrès mondial de la nature, organisé par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), sept délégués de la COICA se rendront en France pour participer à cette rencontre qui aura lieu à Marseille du 3 au 11 septembre. Ils ont pour ambition de présenter une motion visant spécifiquement l’Amazonie en désignant au moins 80% de ses territoires comme des zones protégées.

La COICA est une confédération d’organisations indigènes amazoniennes représentatives couvrant 9 pays (le Pérou, le Brésil, le Guyana, le Suriname, le Venezuela, la Colombie, la Bolivie, l’Equateur et la Guyane française), elle fut fondée en 1984 et son siège est basé à Quito.

Dernière modification : 27/08/2021

Haut de page